Mythes et FAQ au sujet des métiers spécialisés

s

MYTHE ou VÉRITÉ

Qu’est-ce que tu as entendu dire au sujet de l’exploration d’une carrière dans les métiers spécialisés?

Il y a beaucoup de mythes sur le parcours d’apprentissage, mais c’est important que tu connaisses la vérité.

« Les métiers sont pour les gens qui ne sont pas instruits et qui ne réussissent pas bien à l’école. Les gens aboutissent dans les métiers spécialisés parce qu’ils n’ont aucune autre option. »

Les ouvriers qualifiés qui détiennent un certificat portant le Sceau rouge reçoivent leur formation en salle de classe et en milieu de travail pendant quatre ans (même période qu’un diplôme de premier cycle) et ont besoin d’une base solide en mathématiques, en lecture et en esprit critique.  L’aptitude à penser et à réagir rapidement est essentielle.  Tous les métiers spécialisés exigent de l’intelligence et des aptitudes.

« Les métiers spécialisés ne sont pas payants. »

On prévoit une croissance économique dans la province et, compte tenu des grands projets liés aux ressources naturelles et à la construction, on s’attend à une importante pénurie de main-d’œuvre spécialisée, ce qui représente des perspectives pour les travailleurs qualifiés.

Les travailleurs de métiers spécialisés gagnent déjà des salaires concurrentiels.  Il y a aussi une occasion de ‘gagner de l’argent tout en apprenant’, ce qui permet aux gens de travailler pour rembourser leurs dettes d’étudiants pendant qu’ils sont inscrits à une formation postsecondaire.

« Les métiers spécialisés n’offrent pas de paies régulières; c’est du travail saisonnier ou contractuel. »

Les travailleurs de métiers spécialisés entreprennent souvent des projets annuels.  Les saisons peuvent changer, mais les travailleurs de métiers spécialisés n’arrêtent jamais.  Cette occasion représente des milliers d’emplois permanents durables et bien rémunérés pour les Ontariens.

« Les métiers spécialisés sont sans avenir. »

Il y a beaucoup de possibilités d’avancement de carrière dans les métiers spécialisés, qu’il s’agisse d’exercer un rôle de supervision, d’occuper un poste de direction ou de posséder ta propre entreprise!  Une carrière dans les métiers est loin d’être sans avenir; c’est donc le temps de te préparer et d’être enthousiaste!

« Travailler dans les métiers est dangereux. »

En Ontario, les exigences en matière de santé et de sécurité pour les emplois dans les métiers spécialisés sont parmi les plus élevées dans le monde, particulièrement en ce qui a trait à l’application des règlements et à l’établissement de rapports.

« Les métiers spécialisés sont trop exigeants physiquement. »

La plupart des emplois comportent du travail manuel, mais les métiers sont variés; il y a quelque chose qui convient à tout le monde.  Le travail dans les métiers spécialisés constitue certainement une carrière active, mais ce ne sont pas tous les postes qui exigent du travail physique fatigant.  Il y a plusieurs carrières dans les métiers spécialisés qui font tomber le mythe selon lequel les métiers sont ‘trop exigeants physiquement’, et certains comprennent des carrières en conception, en planification, en gestion de projet et en administration.

« Le travail dans les métiers spécialisés n’est pas important. »

Les travailleurs de métiers spécialisés nous disent souvent qu’ils éprouvent un sentiment profond d’accomplissement.  Ils sont des maîtres dans leur domaine, ce qui ne diffère en rien d’un maître dans un domaine académique quelconque.

Leur travail touche presque tous les aspects de notre vie quotidienne : les routes et les trottoirs, les écoles, les hôpitaux, les ponts, les bureaux, les maisons, les voitures, la nourriture qui vient des usines de transformation des aliments, l’eau et l’électricité qui viennent du secteur des ressources de l’Ontario, et la liste continue.

« Les postes de métiers spécialisés ne sont pas flexibles. »

Diverses carrières dans les métiers spécialisés offrent des heures flexibles, la possibilité de voyager et l’occasion d’être à l’extérieur, particulièrement pour les gens de métiers qualifiés qui possèdent leur propre entreprise.  Il y a aussi beaucoup de perspectives d’emplois dans les technologies et les métiers spécialisés plus près de chez vous pour ceux qui désirent faire carrière, s’établir et fonder une famille.

« Il n’y a pas de travail en Ontario. »

L’Ontario entre dans une ère de construction et de ressources naturelles importantes qui nécessitera des milliers de travailleurs spécialisés.  On s’attend à ce que la demande de travailleurs qualifiés augmente en Ontario.  C’est donc le bon moment d’entreprendre ta formation.

« Les métiers spécialisés sont pour les hommes. »

De plus en plus de femmes choisissent des métiers spécialisés.

t

FAQ

Foire aux questions

L’employeur a-t-il des frais à payer pour accueillir un apprenti du PAJO?

Généralement, les apprentis du PAJO ne sont pas payés par l’employeur.  Le ministère de l’Éducation couvre les primes d’assurance de la CSPAAT.  Si l’élève est par la suite embauché comme employé, l’employeur doit alors verser lui-même les primes d’assurance à la CSPAAT.

Quels sont les critères d’admissibilité au PAJO?

  • Avoir au moins 16 ans

  • Être raisonnable, fiable et ponctuel

  • Être déterminé à apprendre un métier
  • Être prêt à répondre aux attentes de l’employeur et de l’école
  • Faire preuve d’engagement à l’égard de l’éducation tout en travaillant envers le diplôme d’études secondaires de l’Ontario (DÉSO) inscrit à temps plein

Qui paie les primes de la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT)?

Les élèves non rémunérés sont couverts par une police qui est payée par le ministère de l’Éducation.  Le formulaire « Accord sur la formation pratique » doit être signé par toutes les parties avant que l’élève commence à travailler.

Le conseil scolaire souscrit une assurance responsabilité civile pour les élèves du programme d’éducation coopérative.  Les élèves sont couverts contre les dommages aux tiers, les dommages corporels et les dommages matériels.  L’élève et l’entreprise sont protégés contre les dommages découlant de la négligence de l’élève; l’élève est protégé contre les dommages causés accidentellement aux biens de l’employeur pendant qu’il ou elle a ces biens sous son soin, sa garde ou son contrôle.

Quand l’enseignant surveille-t-il l’élève?

Le superviseur de l’élève peut s’attendre à recevoir régulièrement du soutien et de l’aide de l’enseignant au fur et à mesure que l’élève progresse dans sa formation. L’objectif est d’assurer un partenariat mutuellement avantageux au superviseur, à l’enseignant et à l’élève.

De quelle façon l’assiduité de l’élève est-elle surveillée?

Si l’élève prévoit arriver en retard au travail ou s’absenter du travail, il doit appeler le superviseur responsable de sa formation et l’enseignant de l’éducation coopérative pour les informer de ce retard ou de cette absence.  L’enseignant tient un registre d’assiduité dans le dossier de l’élève.

L’élève a-t-il un emploi garanti après l’obtention de son diplôme?

Non.  L’employeur qui offre une expérience d’éducation coopérative n’est aucunement tenu d’offrir un emploi à l’élève après son stage du PAJO.  L’employeur peut embaucher l’élève si un poste est disponible.  L’élève peut se servir de l’expérience et utiliser l’employeur comme référence pour se trouver un emploi permanent après l’obtention de son diplôme.

Un employeur peut-il accueillir un apprenti?

  • Les employeurs dotés de compagnons qualifiés (ou d’un équivalent) qui sont prêts à superviser et à former des élèves peuvent être admissibles à participer au PAJO.

  • Les employeurs qui envisagent d’avoir besoin d’embaucher des apprentis sont invités à participer au PAJO.

Que sont les métiers « Sceau rouge »?

Le Sceau rouge sur le certificat de qualification d’un compagnon confirme que cette personne a acquis un niveau de compétence dans son métier qui est reconnu à l’échelle nationale.  Le Sceau rouge signifie également que le compagnon est autorisé à exercer ce métier dans toute province ou tout territoire du Canada.  Plusieurs certificats portant la mention « Sceau rouge » sont aussi reconnus à l’échelle internationale.  Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme du Sceau rouge, tu peux visiter le site www.sceau-rouge.ca ou t’adresser à ton enseignant de l’éducation coopérative.

Les élèves sont-ils rémunérés pendant leur formation en apprentissage?

  • Les élèves de l’éducation coopérative obtiennent des crédits pour leur expérience de travail rattachée au programme d’études scolaires.  Le conseil scolaire n’exige pas qu’un élève soit rémunéré pendant son stage en milieu de travail.

  • Si un élève est embauché à la suite de son stage en milieu de travail, à ce moment-là, l’employeur est responsable de verser les primes d’assurance à la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT).

Si tu ne vois pas la réponse à ta question, adresse-toi au coordonnateur de ta région qui se fera un plaisir de t’aider!